InterLigare.com

InterLigare.com

Harcèlement et phobie scolaire : Coup de gueule et solution

Cet article est lié au podcast du même titre.

 

Cela faisait longtemps que je voulais aborder ce sujet.

Je ne souhaiterais cependant pas que mes propos remontent aux oreilles de parents qui auraient perdu un enfant par suicide à cause d'un harcèlement scolaire. En effet, je vais en quelque sorte faire leur procès ici, dans l’espoir d’en sauver d’autres.

Avant tout, je ne crois pas que la phobie scolaire suive systématiquement le harcèlement scolaire. Je pense que c'est éventuellement parce qu'on a une phobie de ce type, que l’on peut subir un harcèlement. Je tenais à le préciser.

J’aimerais demander aux parents d’un enfant fortement harcelé ce qu’ils attendent pour le changer d’établissement pour un meilleur, ou pour le déscolariser ?

Quand j'entends qu’un gosse pleure tous les jours avant de partir à l'école, parfois depuis des années… Mais quels parents faut il être pour laisser faire ça ? C'est scandaleux, c'est de la maltraitance.

J’admets néanmoins qu’un enfant ne témoigne pas toujours de son mal-être, et dans ce cas de figure, les parents n’en sont que faiblement responsables, c’est l’établissement scolaire qui l’est, car témoin des faits. Mais ce dernier s’en dédouanera toujours.

Arrivé à 11-12 ans, l'enfant peut très bien rester à la maison pour faire des cours par correspondance…

Après avoir évalué le rapport bénéfice/risque, pourquoi ne pas lui laisser cette opportunité, même si elle n’est que temporaire ? Plutôt que de le forcer à aller à l'école, pour qu’il s’abîme chaque jour un peu plus, voir qu’il décide d’en finir.

Tout enfant qui a été harcelé en gardera des traumatismes à vie.

Je persiste, à la pré-adolescence ou À l'adolescence, un enfant peut s'occuper de lui-même. Surtout que la plupart du temps, celui qui est victime de harcèlement ou de phobie scolaire, est assez doué, sage, et sans autres problèmes, il n'a donc pas besoin de parents sur son dos. Au pire, ce sera de sa responsabilité s’il travaille mal. Sa punition sera de retourner à l’école.

Il est vrai que pour certains le temps pourrait sembler long, mais en général, ces enfants sont très introvertis, et aiment la solitude.

Alors, j’invite les parents à être beaucoup plus attentifs, notamment si leur enfant semble différent des autres. Qu’ils proposent une solution concrète à sa souffrance, quelle qu’elle soit… Car l’éducation nationale ne lui en proposera aucune. Puisque l’on parle même d’interdire l’instruction en famille en septembre 2022…

Ce monde n’est-il pas pourri jusqu’à la moelle ?

 

Force et courage.

 

Harcèlement

Harcèlement



06/10/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres