InterLigare.com

InterLigare.com

Tu ne dépendras point : CONTRE-NATURE humaine et folie SPIRITUELLE {audio}

 

Le non attachement / la dépendance affective... Pourquoi ? Pour qui ?

« ... Je n’ai rien contre l’attachement. Pour preuve, je fais partie de ces gens qui aiment l’illusion de l’appartenance... Cela fait parti de mon instinct animal, que je n’ai aucune envie de réprimer. Pour quel concept le ferais-je ?

En réalité, il me semble que je parle donc d’un sentiment d’attachement plus que d’un lien d’attachement.

{D’ailleurs, en me penchant sur l’étymologie de ce dernier, je m’aperçois que c’est un pléonasme... Nous voilà donc liés et attachés... Tu peux toujours essayer de te sauver avec tout ça tiens !}

Bon, l’attachement, pourquoi pas... Mais pas avec n’importe qui, et surtout pas n’importe quand s’il vous plait !

Ce que je veux dire, c’est qu’il n’y a rien de foncièrement mauvais à s’attacher à celui qui cherchera toujours à nous stimuler, et à nous tirer vers le haut... Parce qu’en s’engageant avec celui-ci, l’on s’assurera à coup sûr un quotidien sain. Au contraire, s’attacher à une personne aimante ou aimable, mais qui jamais ne nous permettra d’évoluer de par sa façon d’être... Qu’elle soit irrespectueuse, castratrice, ou juste ennuyeuse... C’est, je trouve, une insulte à l’amour, et au reste de notre existence.

Pourquoi poursuivre une relation devenue médiocre ? À cause de notre âge, de nos peurs, d’une dépendance affective ou financière, d’un excès de reconnaissance, ou encore d’un manque d’énergie ?

Si comme moi, vous pensez que « La vie ne vaut d’être vécue sans amour », il est certain que vous ne pourrez jamais vous contenter d’un lien d’attachement... À moins que vous ayez une estime de vous si faible que vous ne pensez mériter mieux que ce que l’autre vous propose.

Le piège de l’attachement, c’est de se sentir restreint, ou prisonnier de cet autre que jadis l’on a aimé, mais pour qui, désormais, l’on n’éprouve plus qu’une illusion d’un lien de parenté, qui s’évaporera spontanément lors de la séparation... J’avance, dans 1 cas sur 3, d’avantage si pas d’enfants en commun. »

« ... Je me sens toujours autant à part dans le monde des spirituels... Leurs pensées communes ne raisonnent tellement pas avec mon coeur pur...Plus que jamais, je perçois toutes personnes qui entrent dans ma vie comme des élues, non comme des figurantes qui seraient là pour m’enseigner quelque chose ou réveiller mes blessures.

Aussi parce qu’aucune d’entre elles ne me semblent inconnues, quand je partage de mon intimité avec elles, je les chéris comme si elles étaient mes premiers et derniers amours, que je n’imagine pourtant nullement pouvoir perdre. Mais lorsque cela se produit, je reconnais la nécessité qu’elles ou moi avions d’en finir avec notre relation.

Si la vie peut être un éternel recommencement, elle est surtout la continuité de notre évolution vers l’amour inconditionnel, et non pas le détachement...

Que ces spirituels persistent à croire que l’attachement est une condition à fuir, mais qu’ils regardent où ce recule les mène... Dans une solitude extrème, frôlant parfois même la folie... Oui, mais ils sont parvenus à l’indépendance, errant seuls dans les cieux, desquels ils ne sauront bientôt plus redescendre...

Ils ont choisi de quitter leur condition humaine pour toucher celle qui ne leur est pas destinée, délaissant alors leur incarnation insatisfaisante.

Pourquoi l’est-elle ? Parce que presque tous spirituels sont des êtres torturés, cherchant désespérément la divine lumière pour réchauffer leur coeur qu’ils ont paradoxalement emmuré, afin qu’aucun de leurs semblables ne puissent leur offrir la leur.

L’intense feu de l’amour terrestre, qui souvent ne dure... Qui souvent effraye... Mais qui pourtant ne peut être soustrait à l’amour qu’ils savent eux-même se donner depuis leur éveil. »

 

 

Non Attachement



17/07/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 30 autres membres