InterLigare.com

InterLigare.com

Quand le FÉMINISME met en HYPERVIGILANCE les HOMMES {vidéo}

 

Vouloir avoir une relation sexuelle avec un autre va devenir bientôt une opération à haut risque. Quel âge a l’autre ? Est-il bien consentant et si oui jusqu’à quelle limite ? Le consentement apparemment donné peut-il être finalement repris ? Comment l’établir ? Qui croire ? L’enjeu est pénal et donne à réfléchir.

Dans certains États d’Amérique – confrontés à la recrudescence des viols et des atteintes sexuelles – une réponse particulièrement énergique aurait été apportée par le législateur, inspirée du modèle contractuel. Il faut passer un acte avant de passer à l’acte ! C’est le « contrat sexuel » auquel les étudiants des cités universitaires américaines doivent – dit-on – désormais se soumettre avant tout rapport.

Il s’agit de se ménager la preuve écrite du consentement avant tout rapport. Car tout rapport non consenti préalablement par écrit risque de se voir dénoncé. L’absence d’écrit permettrait en effet de présumer que la relation a été menée sous l’empire de la contrainte ou de l’absence de consentement – dû à l’alcool ou à la drogue). Un courant philosophique se développerait même outre-Atlantique selon lequel tout rapport sexuel serait par définition l’expression d’un viol (« Catherine Mackinnon, professeur américaine de droit à l’université de Michigan (…) explique que tout rapport sexuel est entaché d’un rapport de domination », Saoud D., supra). Tout est contractualisable en Amérique, même les rapports intimes...

https://www.gazette-du-palais.fr/actualites-professionnelles/le-contrat-sexuel-et-la-sincerite/

Le contrat de consentement :

https://www.attentatsexuel.com/sexualite-un-contrat-de-consentement/?print=pdf

 



01/09/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 30 autres membres