InterLigare.com

InterLigare.com

Écrits Pamphlétaires et Poétiques

L’oeuvre panphlétaire et ses sous-genres littéraires se révèlent violemment critiques envers leurs sujets (individus, dogmes, États, etc.), et ont souvent pour objectif de démontrer l’absurdité d’une situation en poussant le lecteur dans ses retranchements.

Ils s’opposent à la bien-séance, et sont à différencier du genre purement polémique qui engage un débat et suppose un discours adverse lacunaire. 

Le pamphlet, lui, est plus direct et ne s'attache pas à une preuve précise, il affirme ce qui est et ce qu'il faut combattre, sur un ton généralement grave ou froid, telle la diatribe. À l’inverse, la satire s'appuie sur une rhétorique du mépris et de la moquerie en cherchant à faire rire, et va plutôt s'attacher à un fait en grossissant l'erreur pour montrer le gouffre avec la réalité.


La Femme Vénale

Quand tu ne peux lui offrir que ton argent, que peut-elle espérer de plus honorable ?

Quand tu n’as ni le savoir-faire pour lui construire un foyer, ni la volonté pour lui réparer votre intérieur, ou entretenir votre extérieur... L’argent compense !

Quand tu ne la voit plus qu’à travers les yeux des autres... L’argent compense !

Quand tu la dénigres, ou t’amuses à la trahir... L’argent compense !

 

L’argent achète tout ! Même certaines femmes. Mais l’argent ne suffit pas à acheter les valeurs de certaines autres.

Une femme vénale se gagne... Une femme de valeurs se mérite !


Un homme, rustique et moderne, se cherche par toutes celles qui veulent l’aimer, à la hauteur de ce qu’il leur offrira de tout son être. Alors, que celui-ci ne se contente pas de moins qu’elles.

 


09/02/2021
0 Poster un commentaire

Ce sein qui ne sert plus à nourrir

Avoir un enfant implique forcément de devoir faire des sacrifices...

Et ce sont ces sacrifices qu’aujourd’hui quasiment plus aucune femme ne veut faire sous couvert de progrès.

On ne veut plus souffrir, plus pousser, plus s’abîmer... On veut un enfant sans rien faire... Parfois même sans sexualité.

Alors, quand il s’agit de décider d’allaiter ou non... N’en parlons pas !

Bah si justement, parlons-en...

C’est parce que certaines biberonnantes se sentent jugées par les allaitantes que ce débat fait rage. Mais est-ce un jugement ou un simple raisonnement ?

Voyons, à qui viendrait l'envie de ne consommer, à chaque repas, que des sachets d'une vulgaire soupe déshydratée, accompagnée de ses petites gélules de vitamines en guise de dessert... Et ce, pendant au moins 4 mois ? Bien sûr, entre choisir de crever de faim ou d'ingérer cette mixture... Le choix est vite fait ! Mais ne serait-il pas bon de savoir qu'on ne peut se nourrir exclusivement d'aliments morts, sans que cela n'ait de conséquence sur notre santé ?

Ceci dit, que l’on me pardonne de ne pas approfondir ici et maintenant, mon côté pédagogue étant réservé aux enfants... Mais que l’on se rassure, il y a des gens qui s'occupent très bien d'informer les plus grands.

Qu'il ne soit possible de donner le sein pour raisons médicales (rares) mises à part, que l'on cesse de nier que l'allaitement n'est pas ce qu'il y a de mieux pour un bébé ! D'ailleurs même la pub pour lait infantile le scande ! Évitant ainsi, je suppute, la légitimité de futurs procès... N’est-ce pas là une preuve irréfutable de l’importance de l’allaitement ?

Et la science... Qu’a-t-elle à nous apprendre ? Eh bien, qu’il serait largement souhaitable de donner le sein juste après chaque naissance ! Puisque le colostrum est le premier lait durant les 5 premiers jours après l’accouchement, et cela chez tous les mammifères. Ce lait très spécial est un liquide épais jaunâtre qui a la mission de transmettre au nourrisson les résistances immunologiques de sa mère.

Il est doté d'immunoglobulines capables d'assurer les défenses immunitaires dont le nourrisson est totalement dépourvu à la naissance. Ses anticorps jouent un rôle anti-infectieux et agissent comme un vaccin - dont ne peuvent profiter les bébés nourris dès le départ aux laits en poudre, ce qui sert de justificatif à la rafale de vaccins du premier âge que l’on nous impose.

Le colostrum est en outre bourré d’hormones anabolisantes, et c’est d’ailleurs pourquoi dans le monde des courses hippiques, on dit qu’un poulain qui n’a pas eu de colostrum ne fera jamais un champion.

Si les femmes persistent à préférer le lait artificiel, au moins qu’elles arrêtent de justifier leur décision avec des arguments du style : « Mais si j’allaite, Papa ne pourra pas donner le biberon à sa progéniture... » ou « Et la beauté de mes seins alors ? » ... Hum, Papa, t'es encore là derrière p'tit coquinou ! Tu aurais dû suggérer à ta femme de faire appel à une mère porteuse, ça t'aurait évité de nager là où avant tu étais serré.

Les mères qui font le choix de ne pas allaiter, ne le font certainement pas en toute connaissance de cause... On peut donc en déduire qu'elles sont inconscientes (mal informées), égoïstes (ramenant tout à elles), soumises (déléguant leur autorité maternelle), et irresponsables (négligeant la santé de leur enfant).

Malgré les apparences, je dis ça absolument sans haine. Comme pour tout, je tente toujours d'être la plus objective possible.

En conclusion, puisque je ne vois guère l'intérêt d'exposer davantage les bénéfices de l'allaitement ou les inconvénients du biberonnage... Je précise quand même que le problème n'est pas le contenant mais bien le contenu.

La bonne question n'est pas de savoir si le lait maternel est indispensable, car la réponse on la connait... Mais plutôt demandons-nous si le lait artificiel, lui, l'est ?

 


11/07/2020
0 Poster un commentaire

Froisser ou mépriser

Je ne déblatère pas que pour le plaisir de contredire la pensée collective, puisqu’il m’arrive même de m’en prendre à tout le reste.

Tu aurais tort de croire que la médiocrité du peuple m’aide à jouir d’une supériorité que seuls les bienpensants détestent.

Et détrompe-toi, je n’ai pas un avis sur tout, donc ne me cherche pas, je fuis le débat comme la peste.

Je suis une individualiste, un électron libre qui œuvre grossièrement contre l’idiotie.

Il est vrai que les fois où je l’ai ramené, je t'ai plus froissé que ne le seront jamais les guenilles de ta penderie.

Mais estime-toi chanceux de l’attention que j’ai bien voulu t’accorder, elle est toujours plus constructive que mon mépris.

 


08/01/2020
0 Poster un commentaire

Les célibataires frustrés

Messieurs les concernés,

 

Cessez de geindre lorsque vous voyez une femme exposer souhaits et exigences en amour, sous prétexte que vous n’y correspondez guère.

À vous de vous améliorer, ou d’accepter qu’il existe d’autres hommes plus aptes à la satisfaire.

 

Cessez aussi de geindre lorsqu’une femme vous brise indélicatement le coeur alors que, quand vous l’avez rencontrée vous n’avez pas cherché à la connaître en profondeur, ou que vous n’avez jugé utile de la questionner sur ses histoires avec d’anciens partenaires.

Peut-être que si vous aviez été moins occupés à fantasmer sur les orifices de son entrejambe, vous auriez pensé à le faire.

 

Mais pourquoi donc continuez-vous à geindre, alors que vous n’avez enfin plus aucun effort à fournir depuis que vous êtes célibataires ?

Certes, je reconnais volontiers que les mouchoirs ou les prostituées finissent par revenir cher.

 

Les hommes et les femmes ne sont pas égaux, et ne le seront certainement jamais... Vous le criez haut et fort depuis toujours ? Moi aussi, mais pour des raisons qui diffèrent.

Prendre pour exemples et modèles de relations vos grands-parents, ou le tiers-monde, relève d’un manque flagrant d’impartialité. Car non, la femme n’a pas changé, elle a juste retrouvé sa liberté, de penser, d’agir, et de jouir de son existence... grâce aux premières générations de féministes intellectuelles.

Mais j’invite tous les abrutis que ces faits dérangent, à aller se faire voir brutalement par l’un de leurs congénères, masculin et arriéré... Rare solution que je peux leur proposer s’ils veulent persister dans la domination culturelle.

 

 

« Certains hommes n'ont que ce qu'ils méritent : les autres sont célibataires. »

Sacha Guitry

 


19/10/2019
1 Poster un commentaire

Généralités humaines

 

L’Homme voit le mal et le vice partout, reflets de ce qu’il incarne.

Il est incapable de se détacher ou de prendre du recul sur les situations. De ce fait, Il est aussi rarement apte à comprendre l’humour et le second degré.

Quand il se sort les doigts du cul, c’est souvent pour pointer l’un d’eux vers l’individu qui n’accepte de penser comme lui ou d’adopter ses comportements de dégénéré.

Jamais il ne parviendra à faire taire mes constats à son sujet, et qu’importe le ton que j’emploierai, celui-ci sera toujours à la hauteur de ses stupidités.

Également, jamais je ne mâcherai mes mots ni n’adoucirai mon vocabulaire quand il s’agira de contrecarrer son faux self d’aliéné.

Son déni de lui-même et ses dogmes lui pèteront à la gueule en temps et en heure, et à partir de là les échanges entre lui et le reste du monde pourront s’harmoniser.

Mais en attendant, je ne baisserai guère les armes, je continuerai même à les recharger.

 


14/10/2019
2 Poster un commentaire